Intentions

Après une thèse sur les migrations et les frontières dans les Balkans, soutenue à Aix-Marseille Université en 2019, j’ai développé la CartoMobile à différentes frontières terrestres et maritimes, auprès de personnes qui les franchissent, et tout au long de leurs trajectoires migratoires où s’insinuent les logiques d’une frontière “mobile”, jusque dans le corps des individus.

Ce projet me tenait à cœur depuis plusieurs années car j’identifiais plusieurs problèmes dans nos pratiques de recherche avec des personnes qui sont précarisées, voire irrégularisées par la frontière, dont les corps sont mis en marge et dont les voix mises en silence : je souhaitais produire une recherche “avec” et pas “sur” elles, et agir sur les asymétries de nos places respectives à partir de mon dispositif de recherche.

La CartoMobile me permet d’aller vers des frontières difficiles d’accès et d’y générer un espace de libre-expression cartographique pour délivrer des savoirs issus de l’expérience des frontières – ce que je vois comme une sorte “d’ouvroir de cartographie potentielle”.

Dans sa première année (2023), la CartoMobile a rassemblé 5 “fenêtres” ouvertes sur différentes situations de frontières (Italie-France, Drôme, Méditerranée centrale) qui ont ensuite été  présentées au public sous la forme d’une exposition itinérante et participative.

Le dialogue instauré avec les visiteur⸱euses de la CartoMobile à travers le geste et le commun cartographique espère contribuer au renouvellement des imaginaires sur les frontières et la place des personnes exilées en Europe.

Morgane Dujmovic, fondatrice de la CartoMobile, 2024
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search